Archives mensuelles : octobre 2015

VDA – Réforme (bi-/plurilingue) de l’école (5)

PRENDRE EN COMPTE LES RESULTATS DU PROFIL DE POLITIQUE LINGUISTIQUE ÉDUCATIVE

En 2006, le Val d’Aoste a demandé au Conseil de l’Europe un Profil de la politique linguistique éducative. Il s’agit d’une action que le Conseil de l’Europe offre aux États membres, à des régions ou à des villes pour qu’ils puissent auto-évaluer leur politique linguistique éducative selon les principes et orientations de cette institution pour ainsi la faire évoluer dans ce sens. C’est de ce qui est ressorti de cette action auto-évaluative du système d’enseignement bi- et plurilingue du Val d’Aoste qu’il sera question ici.

Lire la suite

VDA – Réforme (bi-/plurilingue) de l’école (4)

QU’IL SERAIT TOUJOURS SAGE DE NE PAS RECOMMENCER A ZÉRO

Ce texte évoquera une série de travaux élaborés par l’ancien IRRE-VDA, à la sortie des Indicazioni Nazionali, en vue de leurs adaptations selon ce qui est prévu – « du fait des nécessités locales » – par les articles 39 et 40 du Statut spécial d’Autonomie de la Région Vallée d’Aoste .

Les temps paraissaient mûrs à l’époque pour débuter une réflexion collective qui pouvait aboutir à un débat social élargi avant l’adoption de nouvelles adaptations. Pour se donner surtout le temps d’approfondir la réflexion, de créer – autour de propositions diverses et concrètes – un consensus social, pour ne pas devoir improviser des solutions de dernière minute, pour offrir au décideur diverses possibilités sur lesquelles exercer son devoir de décision. Étaient-ce aussi les raisons pour laquelle l’Assesseur régional de l’Éducation et de la Culture de l’époque avait confié cette tâche, parmi d’autres, à l’IRRE-VDA?

Lire la suite

VDA – Réforme (bi-/plurilingue) de l’école (3)

POLITIQUE LINGUISTIQUE ET POLITIQUE LINGUISTIQUE ÉDUCATIVE

Jusqu’ici il a été question de politique linguistique éducative – c’est-à-dire des choix qu’il est possible de faire pour l’enseignement de et en langue(s) à l’école. Il est grand temps que l’on montre les liens forts qui devraient exister entre les politiques linguistiques générales et les politiques linguistiques éducatives.

Car il est fort tentant d’imaginer que les premières se résument aux secondes. Ce qui est très dangereux puisque souvent on est amené à s’attendre de l’école qu’elle résolve tous les problèmes de la politique linguistique générale. Or une politique linguistique éducative n’est qu’une des mesures, certes parmi les plus puissantes, d’une politique linguistique générale, dont, cependant, elle ne suffit pas à elle seule à atteindre tous les objectifs.

Lire la suite